Interview KINGDA : immersion dans son premier EP intitulé Ikigaï

Interview KINGDA : immersion dans son premier EP intitulé Ikigaï

Interview KINGDA : immersion dans son premier EP intitulé Ikigaï

Interview KINGDA : immersion dans son premier EP intitulé Ikigaï


Avec plusieurs cordes à son arc et une personnalité aux multiples facettes, Kingda ou encore Daking est un artiste et beatmaker camerounais signé sous le label Chambre Noire. À l’occasion de la sortie de son tout premier EP intitulé “IKIGAÏ”, il nous a ouvert les portes de son univers et nous sommes allé à la découverte de sa “Raison d’être” tout droit inspirée de l’empire du soleil levant.

Salam Kingda et bienvenue chez nous ! Nous sommes très ravis de t’avoir et surtout impatient d’avoir cet échange avec vous/toi, c’est comme tu voudras. 

Le plaisir est partagé. Après on peut se tutoyer, y’a pas de soucis. 


Alors, la première question qui taraude mon esprit est celle de savoir d’où te vient ton nom d’artiste et pourquoi l’as-tu adopté ? 

De base, le blaze que j'arbore en premier c'est “Daking”. Et puis au fil du temps, mes proches avaient tendance à l'inverser.  D’aucuns disaient “Le Kingda” et d'autres juste “Kingda”.

Avec le temps, j'y ai pris goût et j'ai décidé d’adopter ce pseudonyme en tant qu'artiste et garder Daking pour ma casquette de producteur/beatmaker.

Ton premier EP IKIGAÏ est sorti il y a à peine quelques jours et c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai eu à l’écouter.  Tout d’abord, pourquoi IKIGAÏ ?

Content de savoir que tu as pris du plaisir à écouter mon EP.

Alors IKIGÄI, au-delà d’un simple mot, est une philosophie. Il est l’équivalent japonais de la joie de vivre et de la raison d’être. En gros, il représente toutes ces grandes ou petites choses là qui nous donnent la rage de vaincre, le désir de toujours avancer malgré les difficultés ô combien nombreuses de la vie.

J'ai toujours voulu que mon premier projet soit une vitrine pour que le public puisse savoir qui est Kingda mais aussi s’entrevoir à travers ma musique. Et au vu des thématiques abordées dans ce projet, «IKIGAI» m’a semblé être le terme approprié pour marquer le coup.

7 titres qui vaguent entre plusieurs thématiques et surtout qui s’ouvrent à plusieurs artistes notamment Dashor, Francky P ou encore Shapat.  L’EP se trime depuis combien d’étapes et quels ont été  les facteurs pour le choix de ceux-là qui vous accompagnent dans ce premier EP ? 

Déjà, l’idée de conception de ce projet est née en 2019 mais ce n'est qu'en septembre 2020 que je commence sérieusement à travailler dessus.

Après le facteur primordial qui a motivé mon choix pour chaque feat est basé sur mon IKIGAI. Et j’avais besoin de personnes qui comprennent au mieux la vibe. Du coup le choix de ces featuring est basé sur le fait que côtoyant souvent ces artistes, je ressentais l’énergie de chacun sur les sons. La chance que j’ai eu est qu’eux aussi ont ressenti la même énergie du coup c’était MATCH !

Et aussi sur ce projet, plus précisément le titre Lettre À Maman, j’ai pu faire intervenir ma mère aussi et ça, honnêtement, c’est la cerise sur le gâteau. C’est quelque chose que je chérie précieusement !

Quels sont les retours que tu reçois quelques temps après cette sortie ? 

Les retours sont pour la plupart positifs je dirais. Je reçois des messages, des encouragements, des critiques et avis de personnes qui la veille ne savaient même pas qu’il y avait un Kingda qui existait dans cet univers. Je profite de l’occasion pour leur dire merci pour tout ça !

Maintenant, qu’est-ce qui suit ? Un média tour ? Des showcases ?  

Media tour ? Forcément ! Je suis chez C'Koment donc c'est lancé ! Mdr !

Mais plus sérieusement avec l’équipe on a commencé avec le media tour et ça avance plutôt bien donc on compte continuer dans ce sens là pendant un petit moment.

En ce qui concerne les shows, les contacts de mon équipe sont présents sur tous mes réseaux, et nous sommes ouverts à toutes propositions.

Depuis 2018, tu es signé chez Chambre Noire ; Tu t’y plais ? Qu’est-ce que cette collaboration a changé dans ta vie d’artiste et aujourd’hui as-tu trouvé ta place ?

De base, comme on se dit souvent, si t'es à Chambre Noire et que tu ne te sens pas comme à la maison c'est que tu n’as rien à faire là. Clairement !

Je me sens super bien au sein du label, depuis ma signature et avec la team, on a su donner une vraie direction à ma carrière et tout ça m’a permis d’évoluer tant professionnellement qu’humainement. Chambre Noire est devenu au fil du temps plus qu’un label, C’est une famille. “Tout ce qui se passe dans la chambre, reste dans la chambre”. (Allez écouter le titre “Chambre Noire”, vous comprendrez)

Tu évolues au sein d’un label très jeune et avec beaucoup d’artistes dans leurs débuts ;  Quelles sont les difficultés qui vous sont communes ?  

La seule et unique difficulté que nous pouvons rencontrer en tant qu’artistes est orientée sur la visibilité. Le travail est perceptible, la qualité de notre musique aussi. Il serait donc important pour nous d’avoir le maximum de vitrines possibles pour pouvoir nous faire entendre et montrer aux différents publics la beauté des œuvres qui sortent de la maison Chambre Noire. By the way, merci encore pour cet interview dans votre média !

Pandémie de COVID-19 oblige, qu’est-ce que tu ressens en tant qu’artiste alors que votre univers est si durement frappé ? 

Tu te doutes bien que c’est assez difficile, et encore plus pour des artistes en développement comme moi. La Covid-19 nous pousse à réfléchir à d’autres approches pour mieux se développer et se vendre auprès des publics. C’est super dur mais on ne baisse pas les bras pour autant. 

Nous allons terminer par une présentation de la personne que tu es au-delà de l’artiste. Pour nos nombreux lecteurs, qui est KEMOAH NZEKOU NELSON ? 

KEMOAH NZEKOU NELSON est un jeune camerounais âgé de 26 ans et habitant à Makepe, Douala. Fan de musique depuis l’époque des couches-culottes, il a toujours rêvé de partager ses émotions et les faire vivre au travers de celle-ci. En gros, Nelson, Kingda et Daking forment une trinité interdépendante. Si vous connaissez l’un, vous connaîtrez de facto les autres.

Merci infiniment pour le temps consacré et surtout je te transmets les encouragements de toute la team de C’Koment Magazine ! 

Merci à toi et à C’Koment Magazine pour cet échange. Continuez de mettre en avant cette nouvelle génération d’artistes dont je fais partie, Big Up à vous ! Et si j’avais une dernière chose à dire ce serait “C’est Kingda bébé !!!”.

L'EP « IKIGÄI » est enfin disponible sur toutes les plateformes pour votre plus grand plaisir ici : https://backl.ink/145452897

Et aussi sur Audiomack : https://audiomack.com/noirelachambre/album/ikigaiep

#IKIGAI


Partager cet Article



Commentaires

Du même auteur

à découverte de Djuhda Hendrix et son nouveau single « combien »

à découverte de Djuhda Hendrix et son nouveau single « combien »


Jeune, talentueux et surtout passionné, Djuhda Hendrix est un newcomers dans l’univers musical camerounais. Son deuxième single intitulé “Combien” est sur le marché depuis quelques jours déjà et nous avons décidé d’aller à sa rencontre pour un insider dans sa vie d’artiste. Ready ? Go !…


Lire la suite
Jameson Irish Whiskey célèbre la créativité camerounaise à travers le concept Black Like No Other

Jameson Irish Whiskey célèbre la créativité camerounaise à travers le concept Black Like No Other


Ils sont jeunes, bourrés de créativité et surtout passionnés par leurs arts aussi différents que complémentaires, ils percent dans le banal pour trouver le merveilleux et c’est ce merveilleux qui rend leur travail unique. Vernyuy Tina, Alex Akande et Guy Kouekam sont les trois créatifs q…


Lire la suite
Votre publicité ici

Tags

Dernières publications

Votre publicité ici


  • RT @ckomentmagazine: Voici le costume nationale de Miss Universe Cameroun, la sublime Angèle Kossinda. Un mot ? t.co/drnVj8iuBB
  • À la découverte de la marque E.KING. Fondée par Krys Eboule aka Krys_Eb, la marque de vêtements vielle de quatre a… t.co/KPBtNfz0H3
  • Nous poursuivons notre série d’interviews consacrées aux jeunes acteurs de la mode et de la beauté au Cameroun ; Fo… t.co/sCGT85tict
  • Ça dit quoi ? Ça Papote ! Entre Lady Ponce qui semble être une experte de Photoshop selon les internautes, Wata qu… t.co/envRFYevB2
  • RT @ckomentmagazine: La diva Chantal Ayissi en #IvyPark ! t.co/ftp35F8l2Y
  • RT @ckomentmagazine: Les magnifiques dunes du désert de #fayoum en Égypte 🇪🇬 t.co/rH8cEAHjzR
  • RT @ckomentmagazine: Green or red ? The smile of @RENISS_ 😍 t.co/LPs5nUhb5H
  • RT @ckomentmagazine: @CysoulOfficiel et @LydolSlam en couple ? t.co/buvOnMb3SA
  • RT @ckomentmagazine: Welcome to Foumban #Cameroon 🇨🇲 📸BaloFlicks t.co/GhUk6JukFI
  • RT @ckomentmagazine: Peter Okoye (P Square) toujours aussi beau à 39ans. t.co/mekRqgBky0
  • RT @ckomentmagazine: t.co/aAZd8kihN0
  • RT @ckomentmagazine: Pascal Siakam offre une maison à sa mère et à sa famille ! Pour l’anniversaire de sa mère, le basketteur camerounais…
  • RT @ckomentmagazine: Maria Mobil, la « jolie Amina » n’est plus un cœur à prendre 💍 ? t.co/BLCZA4Mghd
  • RT @ckomentmagazine: L’artiste-peintre camerounais Amir Yassine signe son comeback après plus d’un an avec une œuvre consacrée à l’albinism…
  • RT @ckomentmagazine: L’artiste Lady Ponce affole la toile depuis ce matin. Les réactions fusent de partout depuis la publication de cette…
  • “ÇA PAPOTE" | Numéro 02 Cette semaine, retrouvez la talentueuse et populaire @DianaBouli en couverture de votre ma… t.co/DA26TJAamo
  • RT @ckomentmagazine: L’institut Eyliam de Émilia Mvemba a été cambriolé. L’influenceuse annonce des représailles contre l’auteur de ce for…
  • RT @ckomentmagazine: Le couple Eto’o 😍 t.co/EKJkFUdPDf
  • RT @ckomentmagazine: Francis Ngannou reçu triomphalement à l’aéroport international de Douala. C’est son premier voyage au #Cameroun depui…
  • RT @ckomentmagazine: Le rose ne va-t-il pas bien aux hommes ?😍 @_hiroofficial ✨ t.co/e9R9tppJIi

Copyright © 2021 Ckoment.com. All rights reserved.