Sandrine Zamedjo : la littérature africaine pour les tous petits

Sandrine Zamedjo : la littérature africaine pour les tous petits

Sandrine Zamedjo : la littérature africaine pour les tous petits

Sandrine Zamedjo : la littérature africaine pour les tous petits


 A l’ère des NTIC, les jeunes sont de moins en moins adeptes de lecture, surtout lorsqu’il s’agit de lire sur du papier. De plus, plus le temps passe, plus on a l’impression que les contes africains auxquels les enfants de chez nous pouvaient facilement s’identifier sont en train de disparaître. Refaire vivre ces héros de chez nous, donner aux enfants de l’Afrique des histoires proches de leur quotidien, tel est le cheval de bataille de cette jeune écrivaine camerounaise installée en Allemagne. Sandrine Zamedjo partage avec nous dans ces lignes sa passion pour l’écriture et la photographie, mais aussi sa vision de la littérature africaine. Entretien.

Parlez-nous de vous qui est Sandrine Zamedjo ?

Je suis née le 16.06.1984 à Yaoundé au Cameroun, de l'union du Dr. Zamedjo Edda et de Meyo Calice Mireille. Ainée d’une famille de quatre enfants, je suis titulaire d’une maîtrise en économie de Yaoundé II SOA et d’un Master II en économie internationale de l’université de Paderborn en Allemagne. 


Je suis présidente fondatrice de l’ONG Deine Hoffnung qui se bat pour améliorer la vie des démunies en Afrique et favoriser l’intégration des africains en Allemagne. Je suis aussi écrivain et viens de publier mon troisième livre pour enfants aux éditions Edilivre à Paris. Mariée sans enfants, je suis une passionnée de l’écriture et de la photographie. 

 Vous êtes installée en Allemagne depuis combien de temps et à quel moment avez-vous décidé de vous lancer dans la littérature ?

Je suis arrivée en Allemagne en 2009 pour continuer mes études. Je me suis lancée dans la littérature en classe de 5ème. Pour la petite histoire, j’étais nulle en dictée et mon professeur Madame Mengue (Que je n’oublierais jamais) m’a mis à la lecture pour améliorer mon niveau de français. Cela a été ma première rencontre avec le monde littéraire. Je me lance dans l’écriture en Allemagne grâce à ma sœur Sonia Zamedjo qui trouvait que mes écrits avaient du potentiel. Elle m’a littéralement forcé à les envoyer à une maison d’édition, ce qui a marché.

Sandrine Zamedjo : la littérature africaine pour les tous petits

Vous êtes écrivaine mais plus précisément vous rédigez des livres pour enfants. Pourquoi avoir choisi ce créneau ?

Une fois en Allemagne, j’ai fait une découverte impressionnante. Les enfants ici lisent sans arrêt : dans le train, à la maison etc. contrairement aux enfants au Cameroun qui ont d’autres centres d’intérêts (Jeux, télévision etc.). Par ailleurs il y’a un manque d’écrivains spécialisés dans la littérature enfantine en Afrique, ce qui est à mon avis dommage. Déjà toute petite, je n’avais droit qu’aux livres français qui n’avaient rien avoir avec ma culture. J’ai donc décidé d'en faire un combat. Du coup j’ai choisi ce créneau pour transmettre, non seulement un héritage culturel à savoir raconter nos racines, perpétuer des traditions, mais aussi pousser les enfants en Afrique à s’intéresser plus à la lecture.  

 Quel est l’objectif que vous visez à travers vos œuvres ? 

L’objectif principal est de changer radicalement notre culture littéraire, c'est-à-dire amener les enfants à s’intéresser à la lecture, à se divertir et à prendre plaisir à lire. La connaissance est dans les livres et l’objectif de mes œuvres est autant éducatif que culturel. Nos enfants doivent avoir des œuvres qui reflètent leur culture et relèvent leur identité. C’est l’une des raisons pour laquelle mon ONG (DH), subventionne mes livres au Cameroun. Mes livres sont distribués gratuitement dans les orphelinats et tous les camerounais peuvent les avoir à 1000 FCFA. Mais il faudrait se rapprocher de l’ONG pour bénéficier de ce rabais spécial, parce qu’en librairie ils sont vendus au prix fixé par la maison d’édition.

  • Plus précisément, de quoi parlent vos œuvres et à qui s’adressent-ils ? 
  • Mon œuvre "Les Dix contes de mon village" est un recueil de dix contes différents dans lequel on retrouve des leçons de morale à la fin de chaque conte.
  • « Bori » quant à elle parle d’un poussin hyperactif qui sauve son village de l’aigle blanc du nord.
  • Enfin « Bori II l’histoire de Tchoubou » est juste une continuité de Bori, ce livre parle de la même communauté des poules élégantes d’Aboulou du sud Cameroun qui fait face à une nouvelle menace.

Mes ouvrages s’adressent aux enfants de 0 à 14 ans mais ils peuvent aussi bien entendu, être lus par les adultes.

 D’où tirez-vous votre inspiration ? vos œuvres sont-ils tous des histoires originales ou des comptes africains repris ?

Ma première source d’inspiration est Dieu, je suis très croyante et Dieu a une place de choix dans ma vie. De surcroît, je suis une rêveuse et j’ai beaucoup d’imagination, mon environnement et mon vécu m’inspirent aussi.  Par ailleurs mes deux frères et ma sœur Yannick Zamedjo, Sedric Zamedjo et Sonia Zamedjo m’accompagnent beaucoup dans l’écriture, ce sont mes premiers critiques et une grosse source d’inspiration pour moi. C’est Yannick Zamedjo par exemple qui me donne l’idée de faire un Bori II l’histoire de Tchoubou. Je leur suis vraiment reconnaissante pour tout.

Il n’y a que les dix contes de mon village qui est à la fois un livre basé sur des contes que mes oncles me racontaient quand j'étais petite et sur une touche personnelle d’imagination. Mes deux dernières œuvres sont des histoires originales écrites et imaginées par moi.

 Parlez-nous de Bori I et II de quoi parlent-ils ?

Comme mentionné plus haut Bori parle de l’histoire de la communauté des Poules élégantes d’Aboulou. Dans cette communauté vit la famille Kock qui par miracle a un fils Bori. Bori est hyperactif et rejeté de tous. Grâce à un malentendu, il réussit à débarrasser la communauté de l’aigle blanc du Nord.

« Bori II l’histoire de Tchoubou » - Par contre parle du frère de Bori, Tchoubou qui lui ressemble physiquement mais contrairement à lui est timide et réservé. Il souhaite s’en aller loin de la contrée. Malheureusement son souhait se transforme en cauchemar quand il se retrouve en possession d’une anglette (pierre céleste) qui les entraîne, lui, Bori, Sylus (le deuxième frère de Bori) et toute la communauté dans une aventure inattendue entre le monde obscure, le paradis des poulets, les aigles et les serpents de Meiganga.

 Quels messages souhaitez-vous transmettre à vos jeunes lecteurs

Je souhaite amener les jeunes à prendre conscience de l’importance de la lecture. Elle enrichit le vocabulaire, développe l’esprit critique et amène à mieux comprendre notre environnement. J’essaie aussi de conscientiser les parents, leur faire comprendre la nécessité d’introduire la lecture quotidienne dans la vie de leurs enfants.

Enfin, que pouvons-nous vous souhaiter pour l’année 2020 ? 

Pour 2020 … Souhaitez moi je vous prie la bénédiction divine. Que les enfants à travers mes livres s’intéressent à la lecture.  Enfin, j’aimerais en 2020 avoir la chance de rencontrer tous mes fans au Cameroun pour une journée dédicace et de bénévolat dans un orphelinat.

Bonne et heureuse année 2020 à vous tous !


Partager cet Article



Commentaires

Du même auteur

Événement : Charlotte Dipanda promet un show explosif au PAPOSY ce 28 août à Yaoundé

Événement : Charlotte Dipanda promet un show explosif au PAPOSY ce 28 août à Yaoundé


Dans le cadre de sa tournée promotionnelle autour de son dernier album baptisé « CD » et après un mégas concert à Abidjan dans la capitale ivoirienne, la Diva de la musique africaine Charlotte Dipanda, promet à son public de Yaoundé, un show de qualité ! …


Lire la suite
Une, deux, trois, voici les égéries de Soleza

Une, deux, trois, voici les égéries de Soleza


Dans l’univers cosmétique, l’idéal de femme est très souvent projeté. C’est pour donner aux femmes une idée de leur version, la meilleure qu’elles pourront atteindre en utilisant le produit venté. Et à l’image des produits, les égéries choisies sont souvent représentatives d’une idéologie. Une façon de vendre à chacune qui el…


Lire la suite
Votre publicité ici


Dernières publications

Votre publicité ici


  • RT @La_Chaumette_CM: Notre centre de loisirs est désormais ouvert pour tous vos enfants âgés entre 1 et 6 ans, chaque week-end et jours fér…
  • RT @FRauCameroun: Le cyclisme 🇫🇷 était à l’honneur lors du récent Grand Prix Chantal Biya organisé du 6 au 10 octobre 2021 au Cameroun. La…
  • RT @FRauCameroun: Venez découvrir la gastronomie #française, plus précisément du Val de Loire 🇫🇷 avec l'évènement #GoûtdeFrance 2021 ! A #…
  • RT @FrancoiseEllong: La même image de moi applaudissant le super groupe Tchadien AFROTONIX revient seulement partout 😅 Le Nouveau Sommet @…
  • RT @lockofficial: Merci d’avance la famille tout ceci c’est grave à vous ❤️ 1) Meilleur Artiste Masculin : t.co/c9S5dV2AtK 2) Mei…
  • RT @YarhaFestival: Les projections ciné enfants vont de 10h-13h. Les projections adultes de 14h-18h. Sur tapis rouge,en présence de la team…
  • RT @ecrans_noirs: Comme d'habitude, la nuit de la série africaine, l'événement qui promeut les séries africaines par excellence, propose un…
  • L’artiste ivoirien Debordo Leekunfa appel au boycott des concerts de Fally Ipupa prévus en Côte d’Ivoire 🇨🇮 les sem… t.co/6UGI9yY7fm
  • Bienvenue à #Kinshasa 🇨🇩 t.co/M69Npeml8W
  • FOOTBALL Les lions indomptables du Cameroun 🇨🇲 🦁 domptent les mozambicains à Tanger sur un score de 1-0. t.co/cTVukYyZ89
  • #Yaoundé #RendezVous Le film #CalypsoRose de #PascaleOBOLO sera en projection ce lundi 11 Octobre 2021 au centre c… t.co/MMnwmwfkuK
  • RT @Yaounde_Ckoment: MUSIQUE L’artiste sénégalais 🇸🇳 @YoussouNdourSN rejoint le label @U_M_Africa La sortie de son tout nouveau projet…
  • RT @ecrans_noirs: La cérémonie officielle de La Caravane Ecrans Noirs à Nanga Eboko commence ce jeudi 14, à la mairie et a la place des fêt…
  • RT @ckomentmagazine: Les 4 looks du mannequin français d’origine italo-congolaise Cindy Bruna à la Fashion Week de Paris. t.co/qLPo…
  • RT @ckomentmagazine: Bienvenue à Addis-Abeba en Éthiopie 🇪🇹 t.co/ubkT1uARV0
  • RT @ckomentmagazine: Le très populaire gorille Ndasaki décède à l’âge de 14 ans dans les bras du gardien André Bauma. Connu pour ce selfie…
  • RT @ckomentmagazine: Quelle people reconnaissez-vous les peeps ? t.co/WtkFbkEzIa
  • RT @ckomentmagazine: Didi Stone Olomidé pour la marque française de lingerie @etam_france t.co/qeUKZ9RcYF
  • RT @ckomentmagazine: @CysoulOfficiel et @LydolSlam sont en concert ce soir à Montpellier à l’occasion du sommet @AfriqueFrance 🇨🇲 🇫🇷 📍 Ha…
  • RT @ckomentmagazine: Valérie AYENA samedi dernier au mariage de @GaelArsene à Yaoundé. Habillée par Steve Owona Credit Photo : Charles Yva…

Copyright © 2021 Ckoment.com. All rights reserved.